Des sommets du Simiens aux plages de la Mer Rouge

Code: FGVSAH
17 Jours - 16 nuits
  • An Overly Close
  • The Sun Is Underappreciated

L’Ethiopie est une destination culturelle fascinante et unique en Afrique noire ; mais partir à sa découverte reste encore une « aventure » éloignée des sentiers du tourisme classique.
Ce voyage vous emmène aux confins de la corne de l’Afrique. Vol pour Djibouti et découverte de cette perle géologique, où on lit la tectonique à ciel ouvert : les paysages fantasmagoriques du lac Abé, la faille primordiale qui éloigne l’Afrique de l’Est du continent, la banquise de sel du lac Assal et le volcan Ardu Koba. Enfin, installation sur les plages du Golfe de Tadjourah…
C’est un voyage rare et exceptionnel qui se déroule dans l’un des derniers recoins du monde, où les modes de vie n’ont pratiquement pas changé.

1

Jour 1: ADDIS ABEBA

Afin de bien cerner l’urbanisme de la capitale de l’Éthiopie, nous nous rendrons à Entoto. Cette colline, située au Nord de la ville, culmine à 3200m. C’est de là, dit-on que l’empereur Ménélik et sa femme, l’impératrice Taïtu, décidèrent de l’implantation d’Addis-Abeba. Après avoir aperçu une mince colonne de vapeur s’élever dans le ciel, ils se rendirent en cet endroit et y découvrirent des sources chaudes, ainsi qu’une fleur qui leur était jusqu’alors inconnue. Cet évènement les décida à nommer leur capitale Addis Ababa (« la nouvelle fleur » en amharique). La visite du Musée National sera l’occasion d’évoquer l’histoire de l’Ethiopie : de la célèbre Lucy (fossile humanoïde de 3.4 millions d’années) au puissant royaume antique d’Axoum ; des royaumes médiévaux gondariens aux règnes des empereurs Ménélik II et Hailé Sélassié. Nous visiterons également l’ancien palais d’Hailé Sélassié, abritant maintenant le Musée d’Ethnologie.

2

Jour 2: ADDIS – BAHIR DAR (Vol)

Tôt le matin, transfert à l’aéroport domestique pour le vol intérieur Addis-Bahirdar à 7h50, arrivée à 8h50.
Le matin excursion aux sources du Nil bleu, qui, avec le Nil blanc, composent le grand Nil. Une marche d’approche de 45 minutes nous permettra d’atteindre le fantastique site de Tissisat (en amharique l’eau qui fume) et ses chutes vertigineuses ( ! Suivant la saison, le débit des chutes varie).
L’après-midi, grâce à un mode de transport local, le bajaj, nous découvrirons la ville, toujours animée, son marché qui se tient tous les jours. Puis nous nous rendrons jusqu’au palais de Bezawit – ancien palais d’Haile Selassie, le dernier Negus d’Éthiopie – dont nous ferons la visite extérieure. Cette visite nous offrira un un beau panorama sur la ville et le lac Tana.

3

Jour 3: BAHIR DAR

Il y a 37 îles sur le lac Tana dont 30 ont des églises et des monastères d’intérêts historique et culturel. Lieu de recueillement, mais aussi refuge lors des invasions musulmanes, le lac Tana a toujours constitué un endroit hautement stratégique. Cette immense étendue d’eau a une superficie de 3500 km2. La visite de monastères datant du 16ème et 17ème siècle, disséminés au cœur d’une végétation luxuriante sera l’occasion de nous plonger dans une ambiance moyenâgeuse, loin des tumultes de la vie moderne. La journée sera consacrée à la découverte de monastère sur les îles du lac Tana. Après 2 heures de navigation, nous atteindrons l’îlot de Narga à l’extrémité ouest de l’île de Dek. Nous y visiterons la superbe église de Narga Sélassié, église impériale de type gondarin, dédiée à la Trinité. L’église représente un des plus beaux exemples d’architecture éthiopienne à plan circulaire. Elle est entourée d’une grande enceinte, renforcée par des tours. Les peintures intérieures sont magnifiques. Retour vers Bahirdar. En chemin nous nous arrêteront sur la presqu’île de Zeghie, nous visiterons donc les églises du monastère Ura Kidane-Mihiret, le plus connu des monastères et qui a une importante collection d’icônes religieuses remontant aux 16ème et 18ème siècles et Azoa Mariam, connu pour ses peintures et qui est un des plus remarquables exemples de l’architecture et de la peinture religieuse éthiopienne. Le prêtre qui officie en cette église est également le gardien de couronnes royales, témoignant de l’importance de ce lieu de prière depuis plusieurs siècles.

4

Jour 4: BAHIRDAR – GONDAR

Le matin, route vers Gondar. Après les invasions musulmanes, qui dévastèrent le pays au 16ème siècle, l’empereur Fasilidas établit sa capitale à Gondar. La ville conserva ce statut jusqu’au milieu du 19ème siècle. De cette période glorieuse de l’histoire éthiopienne, nous admirerons la cité impériale, où furent édifiés, entre le 17ème et le 18ème siècle, de nombreux monuments aujourd’hui encore magnifiquement conservés : le château de Fasilidas, première construction, massive et puissante ; le château de Yasou 1er de forme élancée ; les châteaux de Bakka et de Mentouab ; le Palais de musique de David III ; le château de Qusquam. Spectacle surréaliste que d’admirer ces constructions, d’inspirations européennes au cœur de l’Afrique. Il est vrai que les jésuites portugais furent présents à la Cour des Rois de Gondar durant le 17ème siècle. Ils s’étaient alors vus confier par le Pape la mission de ramener le royaume hérétique du prêtre Jean dans le giron de Rome. Pedro Paez, le plus illustre des jésuites échoua de peu, et les éthiopiens demeurèrent orthodoxes, rattachés à l’église d’Alexandrie. Nous continuerons notre visite par les bains de Fasiledes et nous visiterons l’église de Debre Berhan Sélassié (Lumière de la Trinité). L’intérieur de Debre Berhan Sélassié est décoré avec de belles fresques, des angelots et des peintures. Il est dit que DebreBerhan Sélassié a été une fois choisi comme lieu de repos final de l’Arche d’Alliance.

5

Jour 5: GONDAR – PARC DU SIEMEN

Nous partirons le matin pour aller découvrir le massif du Simien. En amharique, Simien signifie Nord. La route passe au-dessus des zones montagneuses à la beauté sauvage. Dans le parc, un grand nombre de sommets dépassent 4000 m (13123 pieds), et parmi tous, le plus élevé est le Mont Ras Dejen, à 4543 m (1905 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Ces montagnes volcaniques ont été érodées par des siècles de pluies. Aujourd’hui, leurs sommets ont une couleur améthyste et possèdent des ravins profonds, toujours approfondis par les rivières. Journée de randonnée. Dans ces montagnes, des personnes, relativement isolées par le relief, y vivent et y ont développé un mode de vie en harmonie avec leur environnement. Nous vous proposons de rencontrer certaines de ces personnes grâce à l’association de tourisme communautaire. Vous pourrez aller à la rencontre des habitants d’un village, guidé par les habitants eux-mêmes. Ils vous feront découvrir alors certaines de leurs activités quotidiennes : tissage, agriculture, fabrication de l’injera, etc. Village Ambaras : accessible à pied uniquement. Comptez 2 heures de marche aller-retour. Village Argin : accessible en véhicule.

6

Jour 6: PARC DU SIEMEN – AXOUM

Journée de route à travers les splendides panoramas des massifs du Simien et de Tsellemti. Le massif du Simien et le parc national de 179km2 qu’il abrite en son cœur font partie du Patrimoine Mondial de l’Humanité depuis 1979. Descente dans la vallée du Tekeze et continuation sur Axoum.

7

Jour 7: AXOUM

Axoum a été classé parmi les patrimoines mondiaux par l’UNESCO. Les légendes racontées dans le Kebre Nagast (Livre des Rois) racontent comment la ville d’Axoum, dès le 10ème siècle avant JC avait déjà été la ville où la reine de Saba résidait. Il est raconté que le fils de la reine de Saba et du roi Salomon, a introduit l’Arche d’Alliance à Axoum et qu’elle y est jusqu’à ce jour conservée dans un sanctuaire. Longtemps avant l’époque du Christ, Axoum fut la capitale du règne des Axoumites, l’uns des plus anciens empires africains et représentait alors un point crucial de connexion entre l’Afrique et l’Asie pendant près d’un millier d’années. Visite des tombes de Kaleb et GébréMeskel. Découverte de la pierre d’Ezana, remarquable par ses inscriptions en trois langues : sabéen, grec et guèze. Aperçu des bains de la Reine de Saba. Découverte du champ de stèles : monolithes de granit datant de la période préchrétienne et décorées de gravures symboliques. L’une des sept stèles des temps anciens a été à Rome de 1937 à 2008. Mussolini s’en était emparé comme trophée après l’invasion italienne de l’Éthiopie. Puis visite des ruines du Palais de la Reine de Saba. Découverte de l’église de Sainte Marie de Sion. Il semblerait qu’une de ses chapelles abrite l’Arche d’Alliance. “Le Gardien”, seule personne autorisée à accéder dans la chapelle est aussi la seule personne qui peut la voir, la gardant sous sa protection. Il y a aussi un petit musée ici, qui contient les couronnes des rois éthiopiens et d’autres trésors.

8

Jour 8: AXOUM – ADIGRAT

Ce matin, découverte d’un autre mode de transport local : le dromadaire. Tôt le matin, nous partirons vers Adwa. A partirons, nous cheminerons au rythme nonchalant de nos montures. Après 3h de balade, nous arriverons à Yeha site sabéen avec un magnifique temple (Ve siècle avant JC) converti en une église dédiée à Abba Afsé, l’un des neuf fondateurs mythiques du christianisme éthiopien. Nous retrouverons là notre véhicule et poursuivrons notre chemin jusqu’à Adigrat.

9

Jour 9: ADIGRAT – HAWZEN

Route à travers les hauts plateaux du Tigré vers le massif montagneux du Gheralta où est concentré le plus grand nombre de ces étranges monuments que sont les églises rupestres du Tigray. Première région christianisée d’Éthiopie, le Tigray abrite les plus anciennes églises du pays, construites ou taillées dans le roc. C’est une contrée splendide où certains de ces trésors sont difficilement accessibles ; de nombreuses églises se méritent après plusieurs heures de marche sur des sentiers de montagne. Dans un périmètre assez restreint, quelque 120 sanctuaires se répartissent dans les massifs montagneux du Hawzen, du Gheralta et de l’Atsbi, souvent perdus au milieu de ces sites naturels majestueux. lci, patrimoine religieux et beauté naturelle ne font qu’un… il faut toute l’abnégation du pèlerin pour accéder à ces merveilles ! Balade d’une heure environ pour rejoindre l’église Mariam Papasite, petite église troglodytique du 11ème siècle. Nous passerons au pied des canyons, au milieu des accacias, de sycomores et de champs. Etape à Hawzen.

10

Jour 10: HAWZEN – MEKELE

Les églises du Tigray présentées dans l’itinéraire sont à titre d’exemple. Nous vous engageons vivement à consulter des ouvrages pour déterminer celles qui vous intéressent le plus. Vous discuterez ensuite avec le guide pour choisir les visites en fonction de vos envies et de vos aptitudes.
Au cœur du massif, randonnée matinale menant à l’église Abouna Gebre Mikael. Depuis un village, le sentier monte dans une gorge étroite nécessitant, par endroit, l’usage des mains. Du haut, la vue est magnifique sur les pitons rocheux et la plaine parsemée d’acacias. Visite de cette église troglodyte remarquablement taillée, abritant de jolies fresques aux couleurs éclatantes (marche de 2h pour l’ascension, 1h30 pour le retour par le même chemin). Puis, visite de l’église d’Abréha et Atsbéa, sans doute le monument le plus imposant de la région. L’église du monastère a été creusée en partie dans la falaise et en partie dégagée. Étape à Mekele.

11

Jour 11: MEKELE – LALIBELA

Depuis Mekele nous prendrons la route jusqu’au sanctuaire de Roha, ancien nom de la ville de Lalibela. La traversée de la campagne de Lasta est tout simplement magnifique. Arrivée en fin de journée à Lalibela. Construite sur le flanc des monts Lasta et fondée par la dynastie Zagoué (1137–1270), Lalibela offre un des plus beaux ensembles d’églises monolithes.

12

Jour 12: LALIBELA

Le roi Lalibela, au début du 13ème siècle, ordonna la construction de onze églises, taillées dans la masse du tuf. Ces églises, dont certaines sont entièrement monolithiques, furent édifiées du toit vers la base, à l’inverse des constructions classiques. Les bâtisseurs de ces édifices exceptionnels, tous différents les uns des autres, ont reproduit tous les détails architecturaux des églises d’Orient. Le site de Lalibela reproduit les lieux saints de Jérusalem, reliés par un système de galeries et de souterrains, répartis de part et d’autre d’un cours d’eau baptisé Jourdain. Visite du premier groupe d’églises, connue sous le nom de groupe des Eglises du Nord. “Bet Medhanialem” est la plus grande, soutenue par 72 piliers et héberge la croix en or de Lalibela qui pèse 7 kg. Nous prendrons le tunnel pour aller de BetMedihanialem à Bet Mariam. Dans ce tunnel se trouve un pilier dont on dit que Jésus-Christ s’y serait adossé quand il est apparu dans une vision du roi Lalibela. Bet Mariam possède aussi de fabuleuses sculptures de divers oiseaux et animaux. Nous visiterons Bet Danaghel, une chapelle construite en l’honneur de nonnes martyres. Bet Golgotha et Bet Michael sont deux églises jumelles et beaucoup de gens croient que rien qu’une visite à Bet Golgotha garanti votre place au paradis ! L’après-midi sera entièrement consacrée à la découverte de la deuxième partie (la partie SUD). Comme nous l’avons constaté le matin, chaque église possède sa propre histoire, enrichie de légendes puissamment ancrées dans la culture populaire. Nous commencerons donc les visites par « Beta Amanuel», considérée comme la plus jolie église monolithique éthiopienne, de style axoumite, « Beta Merkorios», « Beta Gabriel et Raphael » et « Beta Abba Libanos» qui d’après les traditions, est une église dite construite en une seule nuit par KebreMeskel, la femme du roi Lalibela, avec l’aide des anges. Enfin nous achèverons les visites par la plus célèbre église sous forme de croix : « Beta Ghiorghis». Durant toute la journée, nous aurons donc la possibilité d’apprécier des peintures religieuses, des symboles et des énigmes décorant les églises de Lalibela et d’admirer également de nombreux objets religieux et certains des meilleurs exemples du début de l’art religieux dans le pays.
Rencontre avec l’association de cirque de Lalibela.

13

Jour 13: LALIBELA – ADDIS

Vol intérieur pour Addis à 12h15, arrivée à 14h20. Déjeuner puis balade dans la ville, shopping.
Dîner d’adieu avec l’équipe éthiopienne avec spectacle de danses et musiques traditionnelles. Transfert à l’hôtel.

14

Jour 14: ADDIS – DJIBOUTI – LAC ASSAL

Petit déjeuner matinal puis transfert à l’aéroport pour le vol régional pour Djibouti à 9h03, arrivée à 10h28.
Accueil par l’équipe djiboutienne à l’aéroport de Djibouti, ancien territoire Français des Afars et des Issas. Après déjeuner départ pour la région des volcans et du Lac Assal. Il se situe dans une zone d’effondrement, dans un cadre de volcans et de lave noire à 153 m au dessous du niveau de la mer. Une immense banquise de sel de 60km² et 80m d’épaisseur est le point de départ des caravanes des nomades afars qui vont échanger le sel en Ethiopie contre des céréales. En fin d’après-midi, nous découvrons enfin la banquise de sel. Bivouac dans un cadre mythique.

15

Jour 15: LAC ASSAL – BANKOUALE

Visite du volcan Ardoukoba, encore en activité en novembre 1978. Le paysage est de plus en plus minéral : coulées volcaniques récentes sur le fond d’un ancien lac d’au moins 10000 ans, cheminées calcaires témoignage d’une activité hydrothermale intense dans le passé … C’est la journée la plus chaude. En fin d’après-midi, nous continuons en 4×4 vers le campement de Bankoualé situé à 600 m d’altitude dans un cadre de verdure et de fraîcheur. Avant d’arriver Bankoualé, halte au village artisanal d’Ardo. Rencontre avec l’association artisanale des femmes, possibilité d’acheter des produits artisanaux. Nous continuons à pied dans le canyon jusqu’à Bankoualé, s’il ne fait pas nuit.

16

Jour 16: BANKOUALE – TADJOURA

Départ pour Tadjoura, l’un de plus vieux ports d’Abyssinie, centre culturel des Afars et siège du sultanat traditionnel. C’est aussi le lieu de séjour des nombreux aventuriers français au début du siècle dernier dont H. Monfreid et A. Rimbaud. Ce fut avec Zeila, actuel Somaliland, le point de passage obligé pour se rendre en Abyssinie en affrétant les caravanes. Visite de la petite ville du sultanat afar et déjeuner à Sables Blancs qui est les hauts lieux de plongée sous-marine. La baignade en masque et tuba permet d’admirer la richesse de l’un des plus beaux fonds marin de la Mer Rouge de Djibouti. Baignade et plage, récif magnifique au moment du couché du soleil. En option, pêche de nuit.

17

Jour 17: SABLES BLANCS – DJIBOUTI

Départ en boutre de la plage des sables blancs pour traverser du Golfe de Tadjourah en boutre jusqu’à Djibouti ville.
Visite rapide de cette ancienne capitale coloniale puis transfert à l’aéroport pour le vol régional. Départ à 19h, arrivée à Addis à 20h30, correspondance pour le vol international.

Remplissez le formulaire ci-dessous pour nous dire ce que vous cherchez

On aime parler du voyage

Call +251.93.001.4056 Or Chat

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Des sommets du Simiens aux plages de la Mer Rouge”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prix:2,345.00

Réserver ce voyage

Total
  × €2345 = €2345

Ou

Remplissez le formulaire ci-dessous pour nous dire ce que vous cherchez