La période Gondarienne

Issues d’une vieille croyance ayant longtemps régné en Europe sur l’existence d’un royaume chrétien en Extrême-Orient, diverses expéditions européennes sont parties à la recherche du royaume chrétien du prêtre Jean. Vers la fin du 14ème siècle, des missions portugaises arrivent en Éthiopie tissant les premiers liens entre les deux pays.

  • 1507 Un émissaire Arménien envoyé par le Négus se rend au Portugal. En 1520, une ambassade portugaise rend visite au Négus Dawit II et s’établit en Éthiopie.
  • De 1528 et 1540, une armée musulmane dirigée par l’imam Ahmed ben Ibrahim al-Ghasi, dit Ahmed Gragne, « le gaucher », pénètre l’Éthiopie du sud au sud-est. En deux ans, il contrôle les trois quarts du pays. Après 5 années, devenu sultan de Harar, il achève la conquête de l’Abyssinie, à l’exception de quelques régions montagneuses où s’est réfugié le Negus Dawit II. Ce dernier  lance un appel à l’intention des portugais. Jean Bermudes, un des membres de la mission de 1520 demeuré en Éthiopie, est envoyé à Lisbonne en messager .
  • 1541 Une armée de 600 soldats dirigée par Christophe de Gama débarque en Éthiopie et rejoint les troupes éthiopiennes. Au cours de ces évènements, un désaccord commence à apparaître entre le Négus et Jean Bermudes du Portugal. Celui-ci exige, au nom de l’alliance éthio-portugaise, la conversion du Négus au catholicisme. Dawit II refuse et les Portugais sont chassés du pays.
  • Début du XVIIe siècle Les jésuites arrivent en Éthiopie. Le père Páez, profondément religieux et courtois, gagne la confiance de la cour et du roi Sousnéyos. Couronné en 1608, il décide de tenir la promesse de ses prédécesseurs de se rallier à l’Église latine lors de l’intervention portugaise de 1541.

En 1621, Sousnéyos se convertit au catholicisme puis fait proclamer à Axoum  la religion romaine comme officielle.

En 1632, la rébellion en réaction à l’ imposition de la religion romaine, imposée en 1621, se transforme en guerre civile.

En 1633,  Sousnéyos abdique alors en faveur de son fils Fazilidas qui expulse les jésuiteset rétablit la religion nationale.) Jusqu’à cette période, la monarchie vivait de façon itinérante, stratégie parfaitement adaptée à un moyen de d’attaque et de défense. La période de troubles durant laquelle Fazilidas est porté au pouvoir l’amène à rechercher une sécurité renforcée. Dès sa prise de pouvoir, Fazilidas se met à construire une capitale moderne pour l’époque.

En 1635  Gondar devient un important centre religieux, administratif et commercial. Jusqu’en 1855, la ville est un lieu d’enseignement des arts : de la peinture, de la danse et de la musique traditionnelle. De nombreux Negus de cette période se font enterrer sur les îles du Lac Tana, au sud de Gondar. À la suite de l’expulsion des jésuites et des portugais du pays, de nombreux indiens qui les avaient accompagné s’établissent en Éthiopie. On retrouve leur forte influence dans les châteaux de Gondar. Néanmoins, on y retrouve aussi une architecture typiquement éthiopienne. L’architecture du Gondar fait donc preuve d’un syncrétisme unique au pays. Sous l’effet des tyrans locaux, Gondar finira par se désagréger et s’ensuivra une période d’instabilité. Le pouvoir impérial perd de son emprise au profit des chefs de guerre locaux. Les nobles en viennent à abuser de leur position en s’autoproclamant Négus et en se perdant en querelles internes dans des luttes de succession. L’instabilité politique continuera tout au long du 18ème et au milieu du 19ème siècle.

Abonnez-vous à la Newsletter
Soyez le premier à obtenir notre Newsletter sur culture éthiopienne
Nous respectons votre vie privée.