Du Danakil à la Jérusalem noire en Trek

Code: NBHTY
17 JOURS - 16 NUIT
  • dalol-caravan-du-sel
  • volcan-de-ertalale
  • dalol-3
  • dalol-1
  • dalol

Dans le Parc national du Simien, l’un des plus spectaculaires massifs montagneux d’Afrique, classé au Patrimoine Mondial. Souvent comparées au Grand Canyon américain, ces montagnes volcaniques de basaltes et de gneiss, constituent un relief extrêmement escarpé, fruit d’une intense érosion. Ce trek traverse des paysages sauvages faits de pics, canyons vertigineux et plateaux tabulaires dominant de plus de 1500 m la vallée en contrebas…

Cette dépression constitue un graben triangulaire encadré au nord-est par le bloc Danakil et à l’ouest et au sud par les plateaux d’Éthiopie qui constituent des trappes. De son centre rayonnent trois grandes zones de distension de la croûte terrestre : un rift partant vers le sud-sud-ouest et constituant la vallée du grand rift, un rift se prolongeant par une dorsale dans le golfe d’Aden via le golfe de Tadjourah à l’est et un troisième rift se prolongeant par une autre dorsale dans la mer Rouge au nord. Cette configuration tectonique fait que le bloc Danakil, un horst situé dans le nord de Djibouti et le sud de l’Érythrée, fait partie non pas de la plaque africaine mais de la plaque arabique et s’éloigne du reste de l’Afrique en restant soudé à l’Arabie, au large du Yémen. Cette région est l’un des seuls deux endroits du monde avec l’Islande, où l’on peut observer un rift émergé.

1

Jour 1: Addis-Abeba

Afin de bien cerner l’urbanisme de la capitale de l’Éthiopie, nous nous rendrons à Entoto. Cette colline, située au Nord de la ville, culmine à 3200m. C’est de là, dit-on que l’empereur Ménélik et sa femme, l’impératrice Taïtu, décidèrent de l’implantation d’Addis-Abeba. Après avoir aperçu une mince colonne de vapeur s’élever dans le ciel, ils se rendirent en cet endroit et y découvrirent des sources chaudes, ainsi qu’une fleur qui leur était jusqu’alors inconnue. Cet évènement les décida à nommer leur capitale Addis Ababa (« la nouvelle fleur » en amharique). La visite du Musée National sera l’occasion d’évoquer l’histoire de l’Ethiopie : de la célèbre Lucy (fossile humanoïde de 3.4 millions d’années) au puissant royaume antique d’Axoum ; des royaumes médiévaux gondariens aux règnes des empereurs Ménélik II et Hailé Sélassié. Nous visiterons également l’ancien palais d’Hailé Sélassié, abritant maintenant le Musée d’Ethnologie.

2

Jour 2 : ADDIS – MEKELE – AHMEDILA

Le matin vol intérieur pour Mekele. Puis route pour rejoindre la dépression du Danakil. Nous laissons derrière nous les hauts plateaux éthiopiens par une piste difficile pour atteindre le village désolé d’Ahmedila, là où vivent les travailleurs du sel. Nous sommes dans le désert hostile du Danakil à une centaine de mètres sous le niveau de la mer ; changement de décor et changement d’ambiance. Installation du campement dans le village. Selon la période, rencontre possible avec les nombreuses caravanes de dromadaires (plusieurs centaines) chargées de sel qui traversent le village avant de poursuivre leur lente ascension en direction des hauts plateaux du Tigray plus à l’ouest.

3

Jour 3 : AHMEDILA – ERTA’ALE

Départ pour le volcan Erta’Ale. Route au travers du désert de sel puis nous entrons dans la région de l’Erta’Ale. Piste sur les roches volcaniques. Comme « sortis de nulle part », nous croiserons des Afar allant à pied. Arrivée dans l’après-midi au campement où nous laisserons notre véhicule. La fin d’après-midi sera consacrée au repos. Après le dîner, dans la nuit, nous partirons à l’ascension de l’Erta’Alé. Après 3 heures marche environ, nous arriverons au campement installé près de la caldeira. Après un peu de repos, nous nous approcherons du lac de lave où nous admirerons la puissance de la nature à l’œuvre. Retour au campement où nous passerons la nuit.

4

Jour 4 : ERTA’ALE – AHMEDILA

Pretium consequat, facilisis sem in malesuada sodales et ipsum proin eleifend tincidunt, urna morbi metus quisque. Lacinia habitasse ridiculus sapien platea a cursus hendrerit tempor facilisi orci at tempor, senectus.

5

Jour 5 : AHMEDILA – DALOL – HAWZEN

Le site du Dallol se trouve aussi dans la dépression du Danakil. Situé 100 mètres sous le niveau de la mer au milieu d’un désert de sel, il constitue l’une des régions les plus chaudes de la planète. Les températures, de plus de 50°c, à l’ombre sont courantes, mais malheureusement l’ombre est rare ! Cette importante zone volcanique se caractérise par des émissions de fumeroles. Les gaz ont du traverser une importante couche de sel et de potasse avant de parvenir à l’air libre. Les dépôts ont formé d’énormes concrétions jaunes et orange dont certaines font plusieurs mètres de haut. Très peu visité jusqu’à présent, le site est encore intact. Route vers Hawzen.

6

Jour 6 : HAWZEN

Première région christianisée d’Éthiopie, le Tigray abrite les plus anciennes églises du pays, construites ou taillées dans le roc. C’est une contrée splendide où certains de ces trésors sont difficilement accessibles ; de nombreuses églises se méritent après plusieurs heures de marche sur des sentiers de montagne. Dans un périmètre assez restreint, quelque 120 sanctuaires se répartissent dans les massifs montagneux du Hawzen, du Gheralta et de l’Atsbi, souvent perdus au milieu de ces sites naturels majestueux. lci, patrimoine religieux et beauté naturelle ne font qu’un… il faut toute l’abnégation du pèlerin pour accéder à ces merveilles !

7

Jour 7 :HAWZEN – AXOUM

Avant de commencer notre trajet vers Axoum, au cœur du massif, randonnée matinale menant à l’église Abouna Gebre Mikael. Depuis un village, le sentier monte dans une gorge étroite nécessitant, par endroit, l’usage des mains. Du haut, la vue est magnifique sur les pitons rocheux et la plaine parsemée d’acacias. Accompagné du prêtre, visite de cette église troglodyte remarquablement taillée, abritant de jolies fresques aux couleurs éclatantes. Descente par le même sentier. Puis route à travers les hauts plateaux du Tigré pour Yeha, un site sabéen qui a conservé un magnifique temple du 5ème siècle avant notre ère converti en église dédiée à Abba Afsé, l’un des neuf fondateurs mythiques du christianisme éthiopien.  Le site de Yeha sera l’occasion d’aborder la relation historique et culturelle qui s’établit des le 4ème siècle avant JC entre cette région du Tigray et les royaumes sud arabiques (Yemen). Les vestiges du temple de Yeha présentent une parfaite similitude avec les nombreux temples mis à jour dans la région de Mareb au Yemen.

8

Jour 8 : AXOUM

Axoum a été classé parmi les patrimoines mondiaux par l’UNESCO. Les légendes racontées dans le Kebre Nagast (Livre des Rois) racontent comment la ville d’Axoum, dès le 10ème siècle avant JC avait déjà été la ville où la reine de Saba résidait. Il est raconté que le fils de la reine de Saba et du roi Salomon, a introduit l’Arche d’Alliance à Axoum et qu’elle y est jusqu’à ce jour conservée dans un sanctuaire. Longtemps avant l’époque du Christ, Axoum fut la capitale du règne des Axoumites, l’uns des plus anciens empires africains et représentait alors un point crucial de connexion entre l’Afrique et l’Asie pendant près d’un millier d’années. Visite des tombes de Kaleb et Gébré Meskel. Découverte de la pierre d’Ezana, remarquable par ses inscriptions en trois langues : sabéen, grec et guèze. Aperçu des bains de la Reine de Saba. Découverte du champ de stèles : monolithes de granit datant de la période préchrétienne et décorées de gravures symboliques. L’une des sept stèles des temps anciens a été à Rome de 1937 à 2008. Mussolini s’en était emparé comme trophée après l’invasion italienne de l’Éthiopie. Puis visite des ruines du Palais de la Reine de Saba

9

Jour 9 : AXOUM – DEBARK

Route au travers les splendides panoramas des massifs du Simien et de Tsellemti. Le massif du Simien et le parc national de 179km2 qu’il abrite en son cœur font partie du Patrimoine Mondial de l’Humanité depuis 1979.

10

Jour 10 : TREK (DEBARK – SANKABER – GEECH) )

C’est par une belle piste que nous rejoignons Sankaber, dans le Parc national du Simien, l’un des plus spectaculaires massifs montagneux d’Afrique, classé au Patrimoine Mondial. Souvent comparées au Grand Canyon américain, ces montagnes volcaniques de basaltes et de gneiss, constituent un relief extrêmement escarpé, fruit d’une intense érosion. Ce trek traverse des paysages sauvages faits de pics, canyons vertigineux et plateaux tabulaires dominant de plus de 1500 m la vallée en contrebas… Parmi les espèces animales endémiques facilement observables : colonies de babouins geladas, bouquetins (ibex walia) et chacals du Simien. Rencontre avec notre équipe locale de montagne qui va nous suivre pour ces 3 prochains jours (guide local, ranger, cuisinier, assistants et muletiers). Après le chargement des mules, départ à pied pour une belle journée de trek entre Sankaber (3250 m) et Geech. Le sentier progresse le long de l’immense escarpement, d’abord en légère montée avant d’entamer une descente jusqu’à la grande cascade de Jinbar. En chemin, magnifiques panoramas sur la vallée en contrebas et les sommets alentours. Pause déjeuner et baignade fraîcheur dans de petites vasques. Traversée de champs d’orge et montée à travers les lobélies géantes jusqu’à Geech (huttes traditionnelles aux toits de chaume), seul village musulman dans une région à majorité orthodoxe. Dernier effort avant de rejoindre un plateau et notre campement à 3600 m d’altitude.

11

Jour 11 : TREK (GEECH – CHENEK)

Montée progressive sur le vaste plateau à travers la prairie afro-alpine et les lobélies géantes jusqu’à Imet Gogo (3926m), sommet s’élançant tel une proue de navire au-dessus de l’escarpement. Ce point de vue exceptionnel sur les pitons rocheux et le nord du massif est le terrain de jeu des gypaètes barbus… En longeant la ligne de crête ainsi qu’une impressionnante gorge, nous aurons sans doute la possibilité d’observer les ibex walia et, pour les plus chanceux, le loup d’Abyssinie. Descente dans un vallon avant de remonter sur l’autre versant à travers d’étranges formations rocheuses et lobélies. Arrivée au sommet de Inatye (4070 m), premier 4000 m offrant un splendide belvédère sur les environs : falaises plongeantes, profondes vallées et petits plateaux en contrebas que nous découvrirons les deux prochains jours… Dernière descente en suivant les crêtes jusqu’au camp de Chennek (3620 m). Plusieurs colonies de babouins gelada peuplent les alentours.

12

Jour 12 :TREK (CHENEK – BUHAWIT – CHENEK) – GONDAR

Longue et belle matinée de trek qui nous mène d’abord sur le mont Buhawit, à 4430 m d’altitude, l’un des plus hauts sommets du pays. Après avoir remonté un vallon parsemé de lobélies géantes, nous progressons sans difficulté sur un terrain rocheux jusqu’au sommet. De là, la vue s’étend sur tous les reliefs alentours dont le Ras Dashen (4543 m), point culminant du pays que l’on aperçoit au loin. Retour à Chenek où nous retrouverons notre véhicule. Route jusqu’à Gondar.

13

Jour 13 : GONDAR – BAHIRDAR

Après les invasions musulmanes, qui dévastèrent le pays au 16ème siècle, l’empereur Fasilidas établit sa capitale à Gondar. La ville conserva ce statut jusqu’au milieu du 19ème siècle. De cette période glorieuse de l’histoire éthiopienne, nous admirerons la cité impériale, où furent édifiés, entre le 17ème et le 18ème siècle, de nombreux monuments aujourd’hui encore magnifiquement conservés : le château de Fasilidas, première construction, massive et puissante ; le château de Yasou 1er de forme élancée ; les châteaux de Bakka et de Mentouab ; le Palais de musique de David III ; le château de Qusquam. Spectacle surréaliste que d’admirer ces constructions, d’inspirations européennes au cœur de l’Afrique. Il est vrai que les jésuites portugais furent présents à la Cour des Rois de Gondar durant le 17ème siècle. Ils s’étaient alors vus confier par le Pape la mission de ramener le royaume hérétique du prêtre Jean dans le giron de Rome. Pedro Paez, le plus illustre des jésuites échoua de peu, et les éthiopiens demeurèrent orthodoxes, rattachés à l’église d’Alexandrie. Nous continuerons notre visite par les bains de Fasiledes et nous visiterons l’église de Debre Berhan Sélassié (Lumière de la Trinité). L’intérieur de Debre Berhan Sélassié est décoré avec de belles fresques, des angelots et des peintures. Il est dit que Debre Berhan Sélassié a été une fois choisi comme lieu de repos final de l’Arche d’Alliance. Etape à Bahirdar.

14

Jour 14 : GONDAR – BAHIRDAR

Bahirdar est une ville agréable située sur les rives du lac Tana qui est le plus grand lac de toute l’Éthiopie. La matinée sera consacrée à une excursion aux sources du Nil bleu, qui, avec le Nil blanc, composent le grand Nil. Une marche d’approche de 45 minutes nous permettra d’atteindre le fantastique site de Tissisat (en amharique l’eau qui fume) et ses chutes vertigineuses.
Après le déjeuner, nous continuerons notre voyage à la visite du lac Tana, et ses îles, en bateau. Il y a 37 îles sur le lac Tana dont 30 ont des églises et des monastères d’intérêts historique et culturel. Lieu de recueillement, mais aussi refuge lors des invasions musulmanes, le lac Tana a toujours constitué un endroit hautement stratégique. Cette immense étendue d’eau a une superficie de 3500 km2. La visite de monastères datant du 16ème et 17ème siècle, disséminés au cœur d’une végétation luxuriante sera l’occasion de nous plonger dans une ambiance moyenâgeuse, loin des tumultes de la vie moderne. Sur la presqu’île de Zeghie, nous visiterons donc les églises du monastère Ura Kidane-Mihiret, le plus connu des monastères et qui a une importante collection d’icônes religieuses remontant aux 16ème et 18ème siècles et Azoa Mariam, connu pour ses peintures et qui est un des plus remarquables exemples de l’architecture et de la peinture religieuse éthiopienne. Le prêtre qui officie en cette église est également le gardien de couronnes royales, témoignant de l’importance de ce lieu de prière depuis plusieurs siècles.

15

Jour 15 : BAHIRDAR – LALIBELA

Le matin route en direction de Lalibela. En route visite du village Awra Amba, un village avec une communauté d’environ 400 membres, située dans la région Amhara, au nord-ouest de la capitale Addis Abeba, à près de 1900 mètres d’altitude. Awra Amba est à première vue, un village comme les autres. Mais à y regarder de plus près, on remarque une situation très inhabituelle : des femmes qui labourent, des hommes qui cuisinent. Ce village est né d’un rêve de Zumra Nuru : résoudre des problèmes socio-économiques par l’entraide, grâce à un esprit égalitaire et exempt de sexisme, en rupture avec les traditions du peuple amhara. Nous passerons une partie de la journée dans ce village afin de découvrir toute l’organisation sociale et communautaire, les activités artisanales en œuvre à ce moment-là et pourquoi ne pas, faire une injera ? Etape à Lalibela

16

Jour 16 :  LALIBELA

Aux lueurs de l’aube, nous partirons à l’ascension du Mont Asheton Maryam (3000m), mont surplombant Lalibela. Au sommet du piton rocheux se trouve l’église d’Asheton Maryam, église monolithique magnifiquement située et offrant une très belle vue sur Lalibela et son environnement. Près de l’entrée du sanctuaire, une petite grotte taillée, en partie effondrée, marque l’emplacement d’une ancienne église dédiée à saint Michel. Accessible par un petit tunnel creusé dans le tuf, l’église, dégagée sur trois côtés seulement, apparaît nichée dans la roche de couleur grise. Sans doute débutée sous le règne de Lalibela, l’église a été achevée par son successeur Nakuto Lab. A gauche du monument, une terrasse naturelle offre un magnifique panorama circulaire. L’après-midi sera consacrée à la découverte de la partie sud. Comme nous l’avons constaté la veille, chaque église possède sa propre histoire, enrichie de légendes puissamment ancrées dans la culture populaire. Nous commencerons donc les visites par « Beta Amanuel », considérée comme la plus jolie église monolithique éthiopienne, de style axoumite, « Beta Merkorios », « Beta Gabriel et Raphael » et « Beta Abba Libanos » qui d’après les traditions, est une église dite construite en une seule nuit par Kebre Meskel, la femme du roi Lalibela, avec l’aide des anges. Enfin nous achèverons les visites par la plus célèbre église sous forme de croix : « Beta Ghiorghis ». Durant toute la journée, nous aurons donc la possibilité d’apprécier des peintures religieuses, des symboles et des énigmes décorant les églises composant le site de Lalibela.

17

Jour 17 : LALIBELA – ADDIS

Vol intérieur pour Addis à mi-journée.
A Addis une chambre de courtoisie sera mise à votre disposition.
Dîner d’adieu avec spectacle de danses et musiques traditionnelles puis transfert à l’aéroport.

Date de départ Date de retour État Inscription
11/12/2017 11/01/2018 Confirmé dès 2 personnes Réservez
11/12/2017 11/01/2018 Confirmé Réservez
11/12/2017 11/01/2018 Dernière place Demande de disponibilité
11/12/2017 11/01/2018 Fermé Fermé
11/12/2017 11/01/2018 Confirmé dès 2 personnes Réservez
11/12/2017 11/01/2018 Confirmé Réservez
LE PRIX COMPREND LE PRIX NE COMPREND PAS
Les transferts de/à l’aéroport tels que mentionnés dans le programme Les vols internationaux et les vols intérieurs s’il y en a de prévu
Le savoir-faire d’un guide-accompagnateur francophone durant toute la durée du circuit Les boissons et dépenses personnelles
Véhicule privé avec chauffeur anglophone (essence, taxes routières, parkings, assurance du véhicule et du chauffeur, logement et repas de ce dernier) Les droits de filmer et de photographier (selon le site)
Les entrées aux sites, la location d’un bateau sur le lac Tana L’assistance rapatriement/assurance
Les repas en pension complète (une bouteille d’1/2 litre d’eau par repas) Les pourboires (bagagistes)

carte

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Du Danakil à la Jérusalem noire en Trek”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prix:2,600.00

Réserver ce voyage

Total
  × €2600 = €2600

Ou

Remplissez le formulaire ci-dessous pour nous dire ce que vous cherchez